Ma peinture - Annecy les vieilles prisons


Je transmets mes remerciements à peintrefiguratif-raymonde. Je regarde et j'admire ses tableaux et j'aimerais bien avoir son talent. Elle m'encourage régulièrement à peindre et à afficher les résultats dans mon blog. J'ai certes un goût prononcé pour le peinture et mon bureau "déborde" de mes tubes, pastels, crayons, feuilles et autres matériels. Mais mes réflexions philosophiques et scientifiques autant que spirituelles occupent une grande partie de mon temps  à rédiger mon blog et à faire des recherches sur internet. 

Mais ça y est, je viens de terminer une petite aquarelle et gouache que je présente ici en demandant votre indulgence (je sens que j'aurais besoin de quelques cours pour progresser). Je n'ai qu'une webcam dualpix et je n'arrive pas bien à faire une photo nette, mais je vous la diffuse tout de même car elle me permet d'évoquer la ville que j'ai quittée il y a deux ans, la petite Venise des Savoies, Annecy.. 

 

 

Les vielles prisons d'Annecy

 

 

Les vielles prisons d'Annecy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le Palais de l’Isle ou vieilles prisons est une maison forte de type médiéval situé au milieu d’une petite île sur le Thiou (exutoire du lac d’Annecy).

Monument historique et musée, les anciennes prisons font partie des édifices les plus photographiées en France.

Existant depuis le bas moyen age, le palais de l’Île fut d’abord un péage entre les deux rives du Thiou puis utilisé comme prisons à de nombreuses reprises mais aussi comme tribunal, caserne ou encore asile de vieillards.

Ce monument construit au XIème siècle a eu de très nombreuses fonctions au cours de son histoire. Il abrita d'abord le péage du Thiou (petite rivière issue du lac d'Annecy), puis accueillit un atelier monétaire au XIVème siècle avant de servir de prison jusqu'à la Révolution Française, de caserne au XIXème siècle et à nouveau de lieu d'emprisonnement pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

Aujourd’hui musée de l’Agglomération d’Annecy, le bâtiment des vieilles prisons accueillent le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine qui organisent de nombreuses expositions au fil de l’année (plus de 30000 visiteurs chaque année).

Les curieux découvriront des cellules humides au niveau de l’eau, une cour intérieure et une chapelle mais aussi les salles d’audiences et les salles ou étaient stockées les documents administratifs sur des systèmes suspendus pour éviter d’être endommagés par les rats."


L'atelier monétaire: "Pendant une trentaine d'années durant le 14e siècle, le Palais de l'Ile accueille l'atelier monétaire des comtes de Genève. Cette nouvelle fonction supprime temporairement la prison.

En 1219, suite à des conflits d'influence avec le prince-évêque, la famille de Genève installe sa résidence principale à Annecy et manifeste la volonté d'ouvrir un atelier monétaire. En effet, l'usage des monnaies sert d'outil de propagande et par cet acte, au caractère hautement symbolique, le prince souhaite afficher son pouvoir auprès de tous ses sujets. C'est ainsi qu'en 1355, Amédée III, comte de Genèverequier auprès de l'empereur Charles IVle droit de battre monnaie. Il l'obtient par un acte impérial du 25 août 1355, officialisant l'intallation d'un atelier monétaire dans la maiosn forte de l'Ile.


Bien que la naissance de l'atelier monétaire soit officialisée par l'empereur, son existence reste soumise aux aléas des successions et des luttes d'influence. Ainsi, il est fermé plusieurs fois entre 1355 et 1391, date de sa suppression.


L'obtention de ce droit régalien par le comte de Genève ne va pas sans entraîner un certain nombre de protestations. La première vient du prince-évêque de Genève qui voit dans cet acte un affaiblissement de sa souveraineté. Mais reconnaissant l'officialisation de cet atlier monétaire par l'empereur, le pape Innocent III prend le parti du comte de Genève et met fin à cette querelle.


La seconde protestation vient de la maison de Savoie, proche rivale qui voit là une atteinte à son autorité. Elle se règle par un traité signé en 1358 par lequel le comte de Genève se reconnaît vassal du comte de Savoie. Mais il garde le droit de battre monnaie.


L'atelier monétaire prend place dès son origine dans deux pièces attenantes, au rez-de-chaussée de l'aile sud de la maison forte de l'Ile, entaînant le transfert des prisons dans la tour de la reine au château. La maison forte de l'Ile subit plusieurs modifications entre 1355 et 1366 pour s'adapter à sa nouvelle fonction. Les comptes de Jean Gucci, maître de la monnaie, décrivent précisément ces travaux : réparations du bâtiment, couverture du toit par de nouvelles ardoises, installation de portes et de fenêtres solides. L'atelier est doté d'une grande cheminée pour accueillir le four destiné à la fonte des métaux. La pièce attenante est aménagée en chambre forte dans laquelle sont conservées en sûreté les espèces nouvellement frappées.


L'atelier, placé sous l'autorité du maître de la monnaie, emploie une dizaine de personnes. Outre les ouvriers ou monnayeurs, un garde de la monnaie ou prévôt, assiste le maître de la monnaie dans ses fonctions en étant présent à chaque étape de sa fabrication. Il tient un rôle fondamental en s'assurant que le métal précieux ne se perd pas et que les balances sont justes."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

liens: annecy.fr

Le lac d'Annecy

annecy.net

tourisme-annecy.net

wikipedia.org -Annecy

photo aérienne Annecy

wikipedia.org -Annecy: Palais de l'Isle

wikipedia.org -Chronologie d'Annecy

wikipedia.org -Histoire d'Annecy

 

Retour à l'accueil